Dans cette atmosphère un peu plus “anxiogène” 😰 que d’habitude, il est opportun de renforcer son immunité pour se protéger 😷 des virus 🦠.

Nous sommes tous porteurs de germes et sommes chaque jour en contact avec de nombreux autres. Or, nous ne succombons pas pour autant et systématiquement à toutes ces infections. Nous avons en effet un système de défense remarquablecomposé entre-autre par les globules blancs et les anticorps.

En dehors de quelques situations rares : virulence extrême d’un agent infectieux comme le virus Ebola ou transmission violente, par exemple, une infirmière qui se pique accidentellement avec une seringue 💉 contenant du sang contaminé, nos défenses sont capables de s’opposer à l’agression ✋.

Pourtant de temps en temps nous résistons mal…

Il ne faut pas se tromper de cible 🎯… Le plus dangereux n’est pas pas le virus mais comment nos défenseurs (l’immunité 🛡) vont réagir face à cet agresseur 🦠

Pourquoi certaines personnes sont plus accablées et peuvent même succomber à une infection alors que d’autres ne ressentiront que peu de symptômes, voire pas du tout ?


Il y a trois raisons principales à cela
:

 

1️⃣ La première, nous sommes fatigués 😴.

 

L’énergie est le « nerf de la guerre ». Les globules blancs comme les anticorps, pour se multiplier et être efficaces, ont besoin d’énergie. Si les réserves en énergie sont basses nous sommes vulnérabilisés.

 

La première ligne de défense est de cultiver la vitalité au jour le jour et apprendre à la maintenir à un niveau optimal.

 

Recharger son énergie par LE complément énergétique et anti-stress : le magnésium

 

 

La plupart des personnes qui essayent de prendre un complément alimentaire de magnésium pendant quelques temps rapportent toujours des sensations très nettes : moins de stress, un meilleur sommeil, une meilleure concentration, un meilleur souffle, un système immunitaire plus vigoureux. Si ces résultats sont si communs c’est parce que les déficits en magnésium sont tout aussi communs ! Ce n’est pas un hasard si le magnésium est le complément alimentaire le plus prescrit par les médecins.

 

Répartition des calories et qualité du sommeil

Un gros repas sature les circuits des mitochondries (nos centrales énergétiques), ce qui réduit leur capacité à les transformer en ATP et augmente les fuites radicalaires. Un petit déjeuner copieux et protéiné, un repas de midi équilibré en protéines et glucides (riche en végétaux), un goûter composé de fruits, oléagineux et chocolat noir (min 70%) et un souper léger à prédominance glucidique (riche en végétaux et végétarien) favorisent à la fois un meilleur rendement mitochondrial, une disponibilité d’énergie pour les activités de la journée et un métabolisme ralenti pendant la nuit, période de récupération, de réparation et de maintenance, y compris immunitaire.

 

 

On observe par ailleurs chez près de 50% de la population de nos sociétés soit des sommeils trop courts ou non suffisamment réparateurs. Or, ce phénomène non seulement augmente l’inflammation, mais réduit les capacités de défenses anti-infectieuses. Celles-ci en effet se déroulent de manière privilégiée la nuit, comme toutes les opérations de maintenance, quand l’énergie, non utilisée par les activités physiques et intellectuelles est disponible.

 


 

2️⃣ La deuxième, nous manquons de certains outils ⚙️ pour que les défenses 🛡 fonctionnent bien 

 

✅ Une alimentation anti-inflammatoire

Les statistiques sont écrasantes, la plupart des jeunes ne sont pas affectés, même si porteurs sains, et les personnes qui meurent du coronavirus sont principalement des personnes âgées et  porteuses de maladies (« co-morbidité »). Néanmoins des personnes plus jeunes et sans maladies peuvent être touchées et même, rarement, décéder.

La cause majeure des décès est l’insuffisance respiratoire, dûe à une pneumonie. Une inflammation aigue altère les fonctions respiratoires.

La première chose à faire est donc de renforcer ses défenses anti-inflammatoires.

Quelles sont les causes principales d’inflammation ?

Une alimentation riche en protéines animales est inflammatoire. Les viandes sont les aliments les plus inflammatoires de notre assiette du fait de la présence de fer, pro-oxydant, d’acide arachidonique précurseur de prostaglandines pro-inflammatoires, de leucine, un acide aminé qui stimule le chef d’orchestre de l’inflammation mTOR, de très nombreuses bactéries et virus (plus de 80% des viandes sont contaminées et 61% d’entre elles par des bactéries antibiorésistantes et même tuées par la cuisson génèrent des endotoxines qui passent dans le sang et produisent un pic inflammatoire)…

L’autre cause d’inflammation d’origine alimentaire est la consommation de produits agro-alimentaires industriels trop riches en sucres rapides, graisses saturées, sel et additifs, tous facteurs de déséquilibre de la flore intestinale qui devient inflammatoire. Le sel a été découvert récemment stimulant d’une population de lymphocytes inflammatoires.

La consommation d’aliments ultra-transformés est inflammatoire. L’étude Nutrinet a récemment démontré qu’elle augmente les pathologies digestives inflammatoires.

A l’inverse la consommation de végétaux et d’aliments riches en magnésium, acides gras oméga 3 et polyphénols, agents pharmacologiquement anti-inflammatoires est très insuffisante chez la plupart d’entre nous.

La quasi totalité des polluants de l’air, de l’eau, des aliments non bio, des moyens de transport, des lieux de travail… ont des effets inflammatoires. 

Au total, en consommant plus de végétaux et d’aliments riches en principes actifs anti-inflammatoires comme les fruits et légumes oranges, rouges, violets, noirs (les plus puissants étant les myrtilles, fraises, framboises, cerises, grenade… sous forme fraîche ou de jus), le thé, surtout le thé vert, encore plus le thé vert matcha, les infusions de rooibos ou d’hibiscus, des betteraves, des oignons, de l’huile d’olive vierge, du curcuma, du gingembre, des pommes bio avec la peau, des amandes entières (ou sous forme du purée), du chocolat noir…, en diminuant les viandes (sauf en cas de grossesse et croissance chez les enfants) par des végétaux riches en protéines comme le soja, le quinoa ou une association de légumineuses et de céréales, en choisissant des aliments bio, en pratiquant dehors et chez soi des activités physiques, en réduisant son exposition aux polluants et en optimisant son sommeil, on peut déjà réduire très fortement le risque, que même touché par le coronavirus, l’inflammation menace les fonctions vitales.

Nous avons droit en cette période de confinement à une heure de sortie. En profiter pour aller au plus près de la nature (« greeness effect »), dont la fréquentation a été démontrée par des études remonter les défenses immunitaires.

Quelques nutriments clés nécessaires à la production des armes anti-virales et anti-bactériennes comme le zinc ou les vitamines B, ou à leur efficacité comme les antioxydants (vitamines C, E, bêta-carotène…) ne sont pas en quantité suffisante dans notre organisme. De quoi est-ce que je manque, moi, mes enfants, mes proches, pour être capable de donner les réponses efficaces aux attaques ?

Comment apporter aux défenses anti-infectieuses ce qu’il leur faut ?

 

➡️ Armer nos défenseurs

 


✅ La Glutamine

Des muscles 💪 contre les infections

L’activité sportive régulière est au moins aussi importante que l’alimentation pour améliorer les défenses immunitaires. Cela s’explique principalement par le fait que l’exercice régulier contribue à conserver une bonne masse musculaire, fondamentale pour se défendre contre les virus ou les bactéries et même les cancers.

 

 

En effet, pour fonctionner normalement, nos globules blancs, qui assurent nos défenses, ont besoin de glutamine, un acide aminé qu’on retrouve en abondance dans les aliments riches en protéines et dans nos muscles.

En effet c’est la glutamine qui est le carburant privilégié des lymphocytes. En cas d’attaque virale, les globules blancs se multiplient et la demande en glutamine augmente. 


 

✅ Le Zinc 💥 

Le catalyseur clé de la synthèse des anticorps et de la multiplication des globules blancs

Les anticorps sont des protéines utilisées par notre organisme pour détruire les bactéries et les virus. Or, les anticorps ne peuvent donc pas être fabriqués dans les quantités nécessaires si l’on manque de zinc (cela est déjà vrai au moment de la vaccination).

Quant aux globules blancs, nos autres défenseurs, comme toutes les cellules, pour les multiplier il faut d’abord copier leur informatique, l’ADN, une opération réalisée par une « photocopieuse », l’ADN polymérase, qui fonctionne aussi grâce au zinc (tout ce qui est génétique est catalysé par le zinc).

Ce minéral se retrouve en abondance dans les viandes, les fruits de mer, les poissons, mais il est le plus mal absorbé de tous les minéraux.

Et cette difficulté  d’absorption s’aggrave avec l’âge. Les personnes les plus susceptibles de manquer de zinc sont les personnes âgées.

Signes indicatifs d’un déficit : Chute accélérée des cheveux, taches blanches sur les ongles, ongles cassants, cicatrisation lente, réduction du nombre de spermatozoïdes, baisse de libido, pertes d’appétit ou de goût, difficultés de mémorisation. Mais ces signes sont tardifs, et la baisse du zinc retentit bien avant leur apparition sur les défenses immunitaires.

Recommandation : Pour les sous-groupes concernés, en particulier les personnes âgées, en cas de déficit, associée aux conseils alimentaires, une supplémentation correctrice devrait être systématique (30 mg par jour). Chez les personnes âgées elle devrait être poursuivie pendant au moins 6 mois : c’est le temps nécessaire pour refaire tout son stock. Etant données les limites des apports alimentaires et la réduction de l’absorption chez les seniors, une complémentation d’entretien est souhaitable (15 mg par jour).

On prendra le zinc dans un complexe multivitamines et minéraux bien absorbé (citrate ou picolinate), sans fer ni cuivre ni manganèse.

Toutefois, la supplémentation doit être suspendue pendant une infection bactérienne (angine, cystite) ou nez-gorge-oreille même virale (risque de surinfection), car les bactéries utilisent le zinc à leur profit pour se dupliquer. On peut la reprendre une semaine après la fin de l’infection.


 

✅ La vitamine D ☀️

Plus il y a de vitamine D dans votre corps, plus il fabrique de des antibiotiques naturels.

Le rhume, la grippe, les pneumonies … frappent plus souvent en hiver quand les taux de vitamine D sont les plus bas. 

Cette vitamine est en effet produite majoritairement lors de l’exposition au soleil. En hiver, il faudrait prendre une complémentation pour atteindre un taux plasmatique de la vitamine D autour de 50 à 60 ng/ml (voir avec votre médecin)

La vitamine D a des effets profonds sur l’immunité innée. L’immunité innée est ce qui nous permet de répondre rapidement aux agresseurs que sont les bactéries, les champignons et les virus. La vitamine D permet la production d’une famille de substances antibiotiques appelées AMP (peptides antimicrobiens). De ce fait la vitamine D est un co-antibiotique.

Par ailleurs la vitamine D est indispensable pour que les globules blancs soit différenciés, et pour qu’ils gardent une capacité optimale de multiplication. On a récemment identifié que la vitamine D a cet effet en aidant les globules blancs a rallonger leurs télomères, un petit bout d’ADN qui se raccourcit à chaque division.

 

La dose minimale recommandée pour booster ses défenses immunitaires est supérieure aux doses jusqu’à présent conseillées : 4000 UI par jour pour les adultes, 2000 UI pour les jeunes enfants et 1000 UI pour les nourrissons. Bien que supérieures à celles recommandées par les autorités sanitaires, ces doses sont très inférieures à la dose toxique qui est au minimum de 10 000 UI par jour, sur de longues périodes. L’idéal serait de se fonder sur le dosage plasmatique de la vitamine D dont l’optimum se situe autour de 50 à 60 ng/ml. Demandez conseil à votre médecin en fonction de votre taux dans votre biologie.

 



✅ Le glutathion

En cas d’infections, le système immunitaire envoie une armée de combattants, les globules blancs. Un des moyens qu’ils utilisent pour combattre les ennemis comme les virus est de les bombarder de substances oxydantes. Pour se faire, les globules blancs produisent du peroxyde d’hydrogène (H202), de l’eau de Javel (HOCl), de l’anion superoxyde et d’autres des substances corrosives, qu’ils projettent sur les ennemis.

Une fois l’ennemi détruit, il faut stopper ⛔️ les dégâts pour que l’oxydation ne gagne pas les tissus sains, ce qui produit des phénomène inflammatoires (chaleur, rougeur, gonflements, écoulements…😰).

Pour cela nous utilisons des défenses antioxydantes , dont les vitamines C et E, les caroténoïdes, le sélénium. Parmi toutes ces défenses anti-oxydantes et anti-inflammatoires, le glutathion joue un rôle important. Mais il est aussi déterminant pour la poursuite de l’activité des lymphocytes.

Quand le taux de glutathion réduit (GSH) chute sous l’effet des substances corrosives sécrétées par le glocule blanc, l’activité du lymphocyte s’arrête et sa durée de vie est fortement abrégée. Lorsqu’il meurt il devient un pyocyte (qui forme le pus).

Cette découverte faite par le découvreur du virus du SIDA, le Prix Nobel Luc Montagnier, a été déterminante pour comprendre pourquoi les gloubles blancs, même non infectés par le virus HIV, ne fonctionnaient plus. Or, ce phénomène existe dans toutes les infections. Le système immunitaire se fragilise donc lui-même et toute infection augmente le risque d’une infection suivante de par cette corrosion des globules blancs et du glutathion, de même que par la réduction des réserves en glutamine.

Le glutathion est fabriqué dans notre organisme à partir de trois acides aminés (briquettes formant les protéines) : la L-glycine, l’acide glutamique et la L-cystéine. En cas de maladie les besoins en glutathion peuvent être très importants, si bien que notre corps ne parvient pas à en fabriquer suffisamment.

Pour faire remonter son niveau de glutathion, il suffit d’augmenter nos apports en cystéine, l’acide aminé qui limite sa synthèse.

Notre recommandation : la prise de 200 mg à 400 mg de N-acétylcystéine (NAC) par jour suffit en général, sauf dans les cas les plus sévères.

 

La vitamine C est le recycleur-réducteur principal du glutathion oxydé. ll faut donc ajouter systématiquement de la vitamine C 125 mg dans une fréquence à ajuster en fonction de la sévérité de la menace ou de la vulnérabilité de la personne : de une fois toutes les 3-4h à une fois toutes les heures.

Un complexe antioxydant apportant : vitamine E, bêta carotène, lycopène, sélénium… et de polyphénols aident par ailleurs à protéger les globules blancs de la corrosion par leur propres sécrétions et à réduire les symptômes inflammatoires.


 

✅ La vitamine C 🍒

Elle joue de multiples rôles dans l’immunité 🦸‍♂️. 

  • Elle aide à recycler le glutathion, l’allumeur des globules blancs.
  • Elle contribue à la synthèse des anticorps.

Au bout de 24 H de rhume, le taux leucocytaire de vitamine C est fortement diminué. Les globules blancs brûlent leurs cartouches, d’où l’intérêt de les recharger en continu.

En pratique, augmenter sa consommation de fruits 🍋 et légumes frais 🥦 : vit C (kiwi, cassis, papaye, agrumes bio,…).

Outre l’optimisation des apports alimentaires en vitamine C via les fruits et légumes crus (la vitamine C est hypersensbible à la chaleur), il est de « bonne guerre » étant donné ses effets antioxydants, chélateurs de polluants, cardioprotecteurs, et recycleur du glutathion et de la vitamine E, de prendre chaque jour de 4 à 6 fois (toutes les 3 – 4 h) 125 mg de vitamine C en cas d’épidémie, de contact avec quelqu’un de contagieux.  

 

✅ Thé vert et autres polyphénols 🍵

Les polyphénols comme les catéchines du thé vert, les anthocyanes de betterave ou de myrtille, les citroflavonoïdes d’agrumes, l’hydroxy-tyrosol de l’huile d’olive, la curcumine du curcuma, la punicalagine de grenade sont très utiles dans la situation actuelle car 

  • Les tanins du thé freinent l’absorption du fer, réduisant l’accès de ce facteur de croissance pour les virus, les bactéries, les levures et les parasites.
  • Ils sont anti-inflammatoires, ce qui protège et les globules blancs et les tissus infectés
  • et certains d’entre eux ont été documentés anti-viraux.

Plus d’infos sur le thé



✅ Les oméga 3 🐟

Les oméga 3 étant les acides gras les plus combustibles sont une excellente source d’énergie, profitable au système de défenses anti-infectieuses.

Etant aussi les plus flexibles, ils améliorent la filtrabilité des globules rouges qui peuvent se faufiler dans les capillaires et augmenter la distribution d’oxygène cruciale à la fois pour la combustion des calories et pour « l’explosion respiratoire » des leucocytes, permettant la fabrication des substances oxydatives qui détruisent virus et bactéries.

Les bactéries utilisant les acides gras pour fabriquer leur membrane, sont rendues sensibles par les oméga 3 aux attaques oxydatives des leucocytes, les acides gras saturés ayant les effets inverses.

 

Utiliser une huile à 33% d’oméga 3, en mélangeant 2/3 d’huile de lin ou de cameline avec 1/3 d’huile d’olive extra-vierge (bio et en bouteille de verre) – 2 cuillérées à soupe par jour uniquemenrt dans les assaisonnements et à conserver au frigidaire.

Les graines de chia et les graines de lin broyées sont une autre source intéressante d’oméga 3, de fibres et de lignans.

Les poissons gras sont à double tranchant, étant de plus en plus pollués par des microplastiques, des perturbateurs endocriniens, dioxines, mercure et de plus en plus d’arsenic. Les moins pollués sont les petits au bas de la chaîne alimentaire : hareng, maquereau, sardine, anchois non salés. Ils ne doivent pas être agressés par la chaleur, donc consommés, après congélation de 24h pour éliminer les parasites, crus, marinés, ou vapeur.

Une autre possibilité sont les compléments, dont la fiche technique doit certifier l’absence de polluants.

Précaution :

Les compléments en oméga 3 sont contre-indiqués en cas de risques de saignements ou d’hémorragie car ce sont via les prostaglandines de série 3 de puissants inhibiteurs de l’agrégation plaquettaire.


 

3️⃣ La troisième, nous consommons des aliments 🍔qui profitent aux agents infectieux ☠️  

 

➡️ Désarmer nos agresseurs

 

Par exemple, les acides saturés du beurre, des fromages 🧀, des fritures 🍟, permettent aux virus et aux bactéries de se forger des membranes inoxydables, inattaquables par les substances corrosives sécrétées par les globules blancs pour les détruire.

Ou nous consommons trop de fer, provenant principalement de la viande 🥩. Or, le fer est utilisé par les agents infectieux comme facteurs de croissance. Par ailleurs, il ne faut pas non plus en manquer, ce qui est aussi une cause de moindre résistance. S’ajoutent à ces excès de nutriments défavorables, des polluants présents dans les aliments, les boissons, mais aussi l’air, les vêtements, les cosmétiques, les médicaments aux effets négatifs sur nos défenses anti-infectieuses.

 


 

   EN PRATIQUE 

 

  • Eviter toxiques (tabac, cuisson agressive, environnement,…)
  • 3 repas équilibrés et variés avec une dominante végétale
  • Manger des poissons gras 3x/semaine : maquereaux, sardines, saumons sauvages,…
  • Eviter excès AGS (viande grasse, fromage, beurre) et trans (margarine, produits industriels)
  • Éviter le sucre rapide et consommer des sucres lents (à faible IG) : céréales semi-complètes (riz basmati, quinoa, sarrasin, millet, …) et les légumineuses (lentilles, haricots secs, pois chiches,…)
  • Favoriser les amandes et les noix avec des fruits frais comme collation
  • Cuisiner à l’huile d’olive sans jamais la faire fumer
  • Assaisonner les légumes cuits ou crus et les céréales avec de l’huile de colza (oméga-3)
  • Utiliser quotidiennement les épices : curcuma – gingembre – clou de girofle
  • Thé vert, infusion
  • Fruits, légumes frais : vit C (kiwi, cassis, agrumes bio,…), caroténoîdes (carotte, brocoli, tomates, mangue, pêche, abricot, sauce tomate…),
  • Légumes lactofermentés (choucroute,…)
  • Prendre de la vitamine D d’octobre à mars
  • Augmenter votre masse musculaire (carburant de votre immunité) par une activité physique ludique et régulière

 


➡️ Fiche pratique

 


➡️ Article de presse

 

  

   


ℹ️ Pour en savoir plus 🔎 :


Jean Paul Curtay, Immuno-nutrition, manuel familial de résistance aux infections, Anne Carrière

 


➡️ Conférence

Prêt à affronter le COVID-19 😷 ? Comment booster 💥 son système immunitaire 🛡 grâce à la nutrithérapie ?

 

Pierre Van Vlodorp


Mise en garde : les informations que nous publions sont à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils personnalisés.  Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces articles, et il est recommandé au lecteur de consulter son médecin pour toute question relative à leur santé.



ETUDES – Glutamine

  • Chen QH et al, The effect of glutamine therapy on outcomes in critically ill patients: a meta-analysis of randomized controlled trials. Crit Care. 2014, 18 (1) :R8.
  • Yalçin S et al, Effect of glutamine supplementation on lymphocyte subsets in children with acute diarrhea, Turk J Pediatr, 2010 , 52( 3) : 262
  • Crowther M. Hot topics in parenteral nutrition. A review of the use of glutamine supplementation in the nutritional support of patients undergoing bone-marrow transplantation and traditional cancer therapy ,Proc Nutr Soc, 2009, 68 (3) : 269-73.
  • Gleeson M, Williams C. Intense exercise training and immune function, Nestle Nutr Inst Workshop Ser, 2013, 76 : 39-50 La glutamine contribue à remonter le glutathion, l’allumeur des fonctions des globules blancs.
  • Turina M et al, Acute hyperglycemia and the innate immune system: clinical, cellular, and molecular aspects, Crit Care Med, 2005, 33 (7) : 1624-33
  • Bollhalder L et al, A systematic literature review and meta-analysis of randomized clinical trials of parenteral glutamine supplementation, Clin Nutr, 2013, 32 (2) : 213-23
  • Wischmeyer PE et al, Parenteral glutamine supplementation in critical illness: a systematic review, Crit Care, 2014,18 (2) : R76
  • Jordan I et al, Glutamine effects on heat shock protein 70 and interleukines 6 and 10: Randomized trial of glutamine supplementation versus standard parenteral nutrition in critically ill children, Clin Nutr, 2015, pii: S0261-5614 (15) 00041-2
  • Asrani V et al, Glutamine supplementation in acute pancreatitis : a meta-analysis of randomized controlled trials, Pancreatology, 2013, 13 (5) : 468-74
  • Pradelli L et al, Updated cost-effectiveness analysis of supplemental glutamine for parenteral nutrition of intensive-care patients, Eur J Clin Nutr, 2014 Dec 3

 


ETUDES – Zinc

  • Shankar, A.H. & Prasad, A.S. Zinc and immune function: the biological basis of altered resistance to infection. Am J Clin Nutr. 1998, 68 (2 Suppl) : 447S-463S
  • Sandstead HH, Prasad AS. Zinc intake and resistance to H1N1 influenza. Am J Public Health. 2010, 100 (6 : 970-1
  • Fortes C et al, The effect of zinc and vitamin A supplementation on immune response in an older population, J Am Geriatr Soc, 1998, 46 (1) : 19–26
  • Gulani A et al, Zinc supplements for preventing otitis media, Cochrane Database Syst Rev, 2014, 6 : CD006639
  • Asdamongkol N et al, Low plasma zinc levels and immunological responses to zinc supplementation in HIV-infected patients with immunological discordance after antiretroviral therapy, Jpn J Infect Dis, 2013, 66 (6) : 469-74
  • Baum MK et al, Randomized, controlled clinical trial of zinc supplementation to prevent immunological failure in HIV-infected adults, Clin Infect Dis, 2010, 50 (12) : 1653-60
  • Zeng L et al, Efficacy and safety of zinc supplementation for adults, children and pregnant women with HIV infection : systematic review, Trop Med Int Health, 2011, 16 (12) : 1474-82
  • Terrin G et al, Zinc supplementation reduces morbidity and mortality in very-low-birth-weight preterm neonates : a hospital-based randomized, placebo-controlled trial in an industrialized country, Am J Clin Nutr, 2013, 98 (6) : 1468-74
  • Zen Rahfiludin M et al, The effect of zinc and vitamin C supplementation on hemoglobin and hematocrit levels and immune response in patients with Plasmodium vivax malaria, Southeast Asian J Trop Med Public Health. 2013, 44 (5) : 733-9

 

 

ETUDES – Vitamine D

  • Mitsuyoshi Urashima et al, Randomized trial of vitamin D supplementation to prevent seasonal influenza A in schoolchildren. Am J Clin Nutr, 2010, 91: 5 1255-1260.
  • Charan J et al, Vitamin D for prevention of respiratory tract infections : a systematic review and meta-analysis, J Pharmacol Pharmacother, 2012, 3 (4) : 300-3
  • Watkins RR et al, An update on the association of vitamin D deficiency with common infectious diseases, Can J Physiol Pharmacol, 2015 Jan, 1-6
  • Dini C et al, The potential role of vitamin D for prevention and treatment of tuberculosis and infectious diseases, Ann Ist Super Sanita, 2012, 48 (3) : 319-27
  • Larkin A et al, Vitamin D deficiency and acute lower respiratory infections in children younger than 5 years : identification and treatment, J Pediatr Health Care, 2014, 28 (6) : 572-82
  • Borella E et al, Vitamin D: a new anti-infective agent ? Ann N Y Acad Sci, 2014, 1317 : 76-83
  • Wong KK et al, Prolonged Clostridium difficile Infection May Be Associated With Vitamin D Deficiency, JPEN J Parenter Enteral Nutr, 2015 Jan 26
  • Abdelfatah M et al, Low vitamin D level and impact on severity and recurrence of Clostridium difficile infections, J Investig Med, 2015, 63 (1) : 17-21
  • Eltayeb AA et al, Vitamin D status and viral response to therapy in hepatitis C infected children, World J Gastroenterol, 2015, 21 (4) : 1284-91
  • Villar LM et al, Association between vitamin D and hepatitis C virus infection : a meta-analysis, World J Gastroenterol, 2013, 19 (35) : 5917-24
  • Ahmed S et al, Micronutrients and dengue, Am J Trop Med Hyg, 2014, 91 (5) : 1049-56
  • “The Possible Role of Vitamin D in Suppressing Cytokine Storm and Associated Mortality in COVID-19 Patients”. by Ali Daneshkhah, Vasundhara Agrawal, Adam Eshein, Hariharan Subramanian, Hemant Kumar Roy, Vadim Backman.

 


ETUDES – Vitamine C

  • Wintergerst ES et al, Immune-enhancing role of vitamin C and zinc and effect on clinical conditions, Ann Nutr Metab, 2006, 50 (2) : 85-94
  • Hunter DC et al, Consumption of gold kiwifruit reduces severity and duration of selected upper respiratory tract infection symptoms and increases plasma vitamin C concentration in healthy older adults, Br J Nutr, 2012, 108 (7) : 1235-45
  • Hemilä H et al, Vitamin C for preventing and treating the common cold, Cochrane Database Syst Rev, 2013 Jan 31
  • Sasazuki S et al, Effect of vitamin C on common cold: randomized controlled trial, Eur J Clin Nutr, 2006, 60 (1) : 9-17
  • Gorton HC et al, The effectiveness of vitamin C in preventing and relieving the symptoms of virus-induced respiratory infections, J Manipulative Physiol Ther, 1999, 22 (8) : 530-3
  • Cheng L et al, Pharmacologic ascorbate treatment of influenza in vivo, Zhonghua Jie He He Hu Xi Za Zhi. 2014, 37 (5) : 356-9
  • Schencking M et al, Intravenous vitamin C in the treatment of shingles : results of a multicenter prospective cohort study, Med Sci Monit, 2012, 18 (4) : CR215-24
  • Chen JY et al, Treatment of postherpetic neuralgia with intravenous administration of vitamin C, Anesth Analg, 2006, 103 (6) : 1616-7
  • Chen JY et al, Plasma vitamin C is lower in postherpetic neuralgia patients and administration of vitamin C reduces spontaneous pain but not brush-evoked pain, Clin J Pain, 2009, 25 (7) : 562-9
  • Schencking M et al, Intravenous administration of vitamin C in the treatment of herpetic neuralgia : two case reports, Med Sci Monit, 2010, 16 (5) : CS58-61
  • Alpha A Fowler III et al, Phase I safety trial of intravenous ascorbic acid in patients with severe sepsis, J Transl Med, 2014, 12 : 32
  • Hemilä H et al, Vitamin C for preventing and treating tetanus, Cochrane Database Syst Rev, 2013, 11 : CD006665
  • Hemilä H et al, Vitamin C for preventing and treating the common cold, Cochrane Database Syst Rev, 2013, 1: CD000980
  • Gorton HC et al, The effectiveness of vitamin C in preventing and relieving the symptoms of virus-induced respiratory infections, J Manipulative Physiol Ther, 1999, 22 (8) : 530-3
  • Hemilä H et al, Vitamin C for preventing and treating pneumonia, Cochrane Database Syst Rev, 2013, 8: CD005532


ETUDES – Thé vert et autres polyphénols

  • Mijong Park et al, Green Tea Consumption Is Inversely Associated with the Incidence of Influenza Infection among Schoolchildren in a Tea Plantation Area of Japan, J Nutr, 2011, 141 : 10, 1862-1870
  • Kuzuhara T et al, Green tea catechins inhibit the endonuclease activity of influenza A virus RNA polymerase, PLoS Curr, 2009, 1 : RRN1052.
  • Lee HJ et al, Anti-influenza virus activity of green tea by-products in vitro and efficacy against influenza virus infection in chickens. Poult Sci, 2012, 91 (1) : 66-73
  • Ling JX et al, Amelioration of influenza virus-induced reactive oxygen species formation by epigallocatechin gallate derived from green tea. Acta Pharmacol Sin, 2012, 33 (12) : 1533-41
  • Matsumoto K et al, Effects of green tea catechins and theanine on preventing influenza infection among healthcare workers : a randomized controlled trial, BMC Complement Altern Med, 2011,11 : 15

 


ÉTUDES – Glutathion et NAC

  • De Flora S et al, Attenuation of influenza-like symptomatology and improvement of cell-mediated immunity with long-term N- acetylcysteine treatment. Eur Respir J. 1997, 10 (7) : 1535-41
  • Ungheri D et al, Protective effect of n-acetylcysteine in a model of influenza infection in mice, Int J Immunopathol Pharmacol, 2000, 13 (3) : 123-128
  • Tan KS et al, Glutathione deficiency in type 2 diabetes impairs cytokine responses and control of intracellular bacteria, J Clin Invest, 2012, 122 (6) : 2289-300
  • Sahib AS et al, Effect of antioxidants on the incidence of wound infection in burn patients, Ann Burns Fire Disasters, 2010, 23 (4) : 199-205
  • Morris D et al, Glutathione and infection, Biochim Biophys Acta, 2013, 1830 (5) : 3329-49
  • Müller F et al, Virological and immunological effects of antioxidant treatment in patients with HIV infection, Eur J Clin Invest, 2000, 30 (10) : 905-14
  • Dröge W et al, Glutathione and immune function, Proc Nutr Soc, 2000, 59 (4) : 595-600
  • Atkuri KR et al, N-Acetylcysteine – a safe antidote for cysteine/glutathione deficiency, Curr Opin Pharmacol, 2007, 7 (4) : 355-9
  • Merenstein D et al, An investigation of the possible interaction between the use of Vitamin C and highly active antiretroviral therapy (HAART) adherence and effectiveness in treated HIV+ women, Complement Ther Med, 2012, 20 (4) : 222-7
  • Stephensen CB et al, Vitamins C and E in adolescents and young adults with HIV infection, Am J Clin Nutr, 2006, 83 (4) : 870-9
  • Lopez O et al, Could antioxidant supplementation reduce antiretroviral therapy-induced chronic stable hyperlactatemia ? Biomed Pharmacother, 2003, 57 (3-4) : 113-6
  • Karbasi A et al, Effect of oral N-acetyl cysteine on eradication of Helicobacter pylori in patients with dyspepsia, Minerva Gastroenterol Dietol, 2013, 59 (1) : 107-12
  • Isah MB et al, The role of antioxidants treatment on the pathogenesis of malarial infections : a review, Parasitol Res, 2014, 113 (3) : 801-9
  • Guerrero CA et al, N-acetylcysteine treatment of rotavirus-associated diarrhea in children, Pharmacotherapy, 2014, 34 (11) : e333- 40
  • Senanayake MP et al, N-acetylcysteine in children with acute liver failure complicating dengue viral infection, Ceylan Med J, 2013, 58 (2) : 80-2
  • Dinicola S et al, N-acetylcysteine as powerful molecule to destroy bacterial biofilms. A systematic review, Eur Rev Med Pharmacol Sci, 2014, 18 (19) : 2942-8
  • Hui DS et al, Adjunctive therapies and immunomodulating agents for severe influenza, Influenza Other Respir Viruses, 2013, 7 Suppl 3 : 52-9
  • Mata M et al, Respiratory syncytial virus inhibits ciliagenesis in differentiated normal human bronchial epithelial cells : effectiveness of N- acetylcysteine, PLoS One, 2012, 7 (10) : e48037
  • Zhao T et al, N-acetylcysteine inhibit biofilms produced by Pseudomonas aeruginosa, BMC Microbiol, 2010, 10 :140
  • Skov M et al, The effect of short-term, high-dose oral N-acetylcysteine treatment on oxidative stress markers in cystic fibrosis patients with chronic P. aeruginosa infection – a pilot study, J Cyst Fibros, 2015, 14 (2) : 211-8
  • Ciofu O et al, Antioxidant supplementation for lung disease in cystic fibrosis, Cochrane Database Syst Rev, 2014 Aug 7, CD007020
  • Szakmany T et al, N-acetylcysteine for sepsis and systemic inflammatory response in adults, Cochrane Database Syst Rev, 2012, 9 : CD006616
  • Chalumeau M et al, Acetylcysteine and carbocysteine for acute upper and lower respiratory tract infections in paediatric patients without chronic broncho-pulmonary disease, Cochrane Database Syst Rev, 2013, 5 : CD003124
  • Ioanna G Tsiligianni et al, A systematic review of the role of vitamin insufficiencies and supplementation in COPD, Respir Res, 2010, 11 (1) : 171